Hyundai rattrape Tesla dans la course mondiale aux VE

Hyundai rattrape Tesla dans la course mondiale aux VE

En juin dernier, le grand patron de Tesla avait déclaré que Hyundai faisait « plutôt bien » même s’il semblait visiblement douter du potentiel concurrentiel de la marque sud-coréenne. Pourtant, les tout derniers chiffres de vente suggèrent que l’écart se rétrécit entre les deux marques.

Sur le marché américain, Hyundai Motor ainsi que sa filiale Kia ont pris la deuxième place en termes de volume de ventes de véhicules électriques cette année. À l’échelle mondiale (excluant la Chine), ce sont près de 14% de parts de marché pour la livraison de bolides électriques pour Hyundai alors que Tesla revendique 27%.

Cet écart s’explique entre autres par l’avantage concurrentiel que Tesla a acquis depuis près de dix ans. Outre le facteur « cool » de Tesla qui est difficile à égaler dans la culture populaire, il faut noter que le fabricant américain a bénéficié de crédits d’impôt instaurés par le président américain Joe Biden qui touchent plusieurs modèles EV de Tesla, mais aucun de Hyundai.

Malgré tout, Hyundai et sa gamme électrique continuent de progresser plus rapidement sur le marché que son rival Tesla. La berline électrique IONIQ 6 est capable de parcourir jusqu’à 610 km en un seul chargement, soit plus longtemps que les Model Y et Model 3 Long Range de Tesla. Quant au SUV électrique IONIQ 5, il est désormais le bolide électrique importé le plus vendu aux États-Unis, profitant maintenant de mises à jour logicielles à distance.

Hyundai rattrape Tesla également au niveau des prix. Le modèle 3 le moins dispendieux de Tesla se chiffre à 46 990 $, victime d’une hausse de prix récente. La IONIQ 6, lancée en grandes pompes le mois dernier, a un prix de vente comparable.

Dans un futur proche, un défi de taille attend les constructeurs de véhicules électriques : le prix du lithium, essentiel dans la fabrication de batteries, atteint des sommets historiques. Le prix des batteries a donc augmenté en conséquence et les marges de profit deviennent serrées pour les fabricants. Hyundai a cependant un avantage à ce niveau. Le won coréen, bien plus faible que le dollar américain, a permis au constructeur sud-coréen d’augmenter son chiffre d’affaires de près de 1,6 milliard de dollars au cours du dernier trimestre. Cela permet notamment d’absorber les coûts des batteries sans nuire aux marges.

Cela signifie donc que la faiblesse du won permet à Hyundai de continuer à maintenir les prix de ses voitures électriques, alors que ses concurrents n’ont d’autres choix que de faire absorber la hausse des coûts par les consommateurs.

On peut donc dire que le monopole de Tesla sur le marché du transport automobile électrique est arrivé à terme et c’est nul autre que Hyundai qui se positionne comme adversaire commercial principal du fabricant américain.

Catégories : Nouvelles